DÉCRYPTER LES ÉTIQUETTES : QUELS SONT LES INGRÉDIENTS À EVITER DANS NOS COSMÉTIQUES?

analyser et décrypter les étiquettes de cosmétiques

« Sans silicone », « sans paraben », « sans sulfate », l’absence de certains ingrédients dans les produits est devenue un outil marketing pour beaucoup de marque. Mais cela ne veut pas forcément dire que la composition est irréprochable !
Malheureusement décrypter les étiquettes de nos cosmétiques est loin d’être une tâche facile. Je ne m'y intéresse que depuis peu, et après m'être documentée, j’ai découvert que des marques réputées ou des produits "de qualité" pouvaient contenir des ingrédients controversés. Alors comment interpréter les étiquettes ? Je vous propose un petit article qui j'espère pourra vous aider à y voir plus clair ☺


QUELS SONT LES INGRÉDIENTS INDÉSIRABLES ?


* Les huiles et cires minérales : utilisées pour donner à nos produits un effet soyeux et velouté, elles sont fabriquées à partir du pétrole. Ces ingrédients obstruent les pores, peuvent provoquer des réactions allergiques et ont un bilan écologique catastrophique.

Sur les étiquettes : Paraffinum liquidum, Petrolatum, Ceresin...

* Les silicones : souvent présentes dans les shampooings, gels douches et fond de teint, elles donnent une texture douce aux produits et apportent un aspect brillant aux cheveux. Entièrement synthétiques, et non biodégradables, elles sont semi-occlusives, déposant un film sur notre peau ou cheveux qui résiste au rinçage, et qui peut empêcher notre cuir chevelu ou notre peau de respirer.

Sur les étiquettes : terminaison en –one pour la plupart (Dimethicone ; Phényldiméthicone, Cyclométhicone,..) ou –xane (Cyclopentosiloxane, Diméthylpolysiloxane,..)

* Les parabens : utilisés pendant très longtemps en tant que conservateur (indispensable pour empêcher le développement de bactéries), les parabens sont controversés depuis quelques années. La Commission Européenne a limité leur utilisation à 0.4% dans le produit fini, et à 0.8% lorsque plusieurs types de paraben sont réunis. Ce qu’on leur reproche ? Ils peuvent franchir la barrière cutanée et peuvent être métabolisés. Si l’on ne sait pas encore s’ils sont cancérigènes, ils appartiennent à la catégorie des perturbateurs endocriniens.

Sur les étiquettes : terminaison en –paraben (Butylparaben, Methylparaben, Ethylparaben, Propylparaben..)

* Les sels d’aluminium : bien connu pour être présent dans nos déodorants, on les trouve également dans les soins visages et corps, pour resserrer les pores et limiter l'évacuation de la transpiration. Ils traversent la barrière cutanée et plusieurs études contradictoires existent quant à leur dangerosité.

Sur les étiquettes : Aluminium chlorohydrate, Aluminium stearate, Aluminum sulfate, Aluminium hydroxyde, Aluminium oxyde, Aluminum Sesquichlorohydrate..

* Les composés ethoxylés et propoxylés : Ils regroupent divers ingrédients fabriqués par ethoxylation. Ce procédé de fabrication est controversé car il utilise l'oxyde d’éthylène, un gaz toxique cancérigène et mutagène. Si en principe il reste pas de trace après transformation, il est possible qu'il y ait une contamination. Parmi eux :

° Les sulfates : tensioactifs utilisés pour faire mousser nos shampooings ou gels douches, ils sont formulés à base de dérivés pétrochimiques et peuvent désécher ou  irriter la peau et le cuir chevelu.

Sur les étiquettes :  SLS (sodium lauryl sulfate) ou SLES (sodium laureth saulfate), Ammonium Lauryl Sulfate (ALS)..

° PEG (ou polyéthylène glycol) : utilisés dans nos cosmétiques en tant qu’humectant, c'est-à-dire pour retenir l’eau et prévenir le dessèchement, les PEG sont controversés car certains d’entre eux peuvent être irritants en grande quantité ou accroître l'absorption par la peau d’autres ingrédients. Ils sont aussi difficilement biodégradables.

Sur les étiquettes : PEG (ex : PEG-8, PEG-7 Glycéryl Cocoate, PEG- 100 stéarate..)

* Les esther de glycol : utilisés comme solvant et conservateur, certains d’entre eux sont toxiques et restent dans l’organisme une fois passé la barrière de l’épiderme et peuvent entraîner des interactions avec le système endocrinien. 

Sur les étiquettes : Phénoxyethanol, Phénoxytol.

* le triclosan : conservateur et anti bactérien, il est suspecté d'être lui aussi un perturbateur endocrinien. 

Sur les étiquettes : Tricoslan, Cloxifenolum, Irgasan,..

* Les alkylphénols et éthoxylates d’alkylphénol : utilisés comme émulsifiants pour mélanger des liquides non miscibles, ils sont eux aussi au rang des perturbateurs endocriniens altérant les organes reproducteurs, et pouvant avoir un risque sur la fertilité et le fœtus.

Sur les étiquettes : Nonylphénol (le plus controversé), Nonoxynol, Octylphénol, O-phénylphénol, Propylphénol, Amylphénol..

* Les filtre UV : couramment utilisés dans les crèmes solaires, il en existe deux types : les filtres chimiques qui absorbent les UV et les filtres minéraux qui les réfléchissent. Les premiers sont allergisants et des perturbateurs endocriniens en passant la barrière cutanée et en circulant dans le sang, le lait maternel… Ils affectent également l’environnement en décolorant les coraux lorsqu’ils circulent dans la mer.

Sur les étiquettes : Benzophenone, Phenylmethanone,Benzyl Salicylate, Butyl Methoxydibenzoylmethane, Ethylhexyl Methoxycinnamate, Ethylhexyl Salicylate, Ethylhexyl Triazone..

* L’EDTA (Ethylène – Diamino – Tetra – Acetate) : C'est un agent chélateur, c'est-à-dire qu’il est utilisé comme stabilisateur en se fixant à des atomes métalliques, mais il peut également se fixer dans l’organisme et est très difficilement biodégradable.

Sur les étiquettes : EDTA 

* Le BHT et le BHA : Ce sont des antioxydants utilisés dans les matières premières huileuses pour les empêcher de rancir, qu'on retrouve dans les rouges à lèvres ou produits hydratants. Une exposition à long terme peut être toxique, et ils sont suspectés de provoquer des allergies et d’être cancérigène.

Sur les étiquettes : Butylhydroxytoluène (BHT), Butylhydroxyanisole (BHA)

* Les alcools : utilisés dans de nombreux produits, ils ont un rôle important dans la conservations de nos cosmétiques. Certains sont liquides et asséchants (Alcohol denat., Benzyl Alcohol), d’autres sont gras et dérivés d’huile végétale (Cetyl Alcohol) et sont dans ce cas de bons agents émollients.


* Les phtalates : on les trouve principalement dans les vernis à ongles, mais ils sont également utilisés pour dissoudre d’autres substances (dans ce cas ils sont dissimulés sous le nom "parfum" ou "fragrance"). Ils sont toxiques et accusés d’interagir avec le système endocrinien.

Sur les étiquettes : Parfum, Fragrance, Diéthylphtalate (DEP), Diisodecylphtalate (DIDP)..

* Les formaldéhydes : Ce sont des conservateurs qui sont aussi libérateurs de fomol. Il sont allergisants, irritants voir cancérigènes. La concentration dans les cosmétiques est limitée à 0.2%.

Sur les étiquettes : Formol, Formalin, Formic aldehyde, Paraform..


Cette liste retrace les principaux ingrédients controversés ou à éviter mais n’est pas exhaustive.

ingrédients controversés et indésirables dans produits de beauté

QUELS SONT LES OBLIGATIONS POUR LES FABRICANTS EN MATIÈRE D'INFORMATION ?


Depuis 1999, l’Europe oblige les fabricants de cosmétiques à respecter une certaine nomenclature dans la formulation des étiquettes. Cette dénomination est unique pour tous les pays de l’Union Européenne, et elle est répertoriée dans la liste INCI (International Nomenclature for Cosmetic Ingredients). Ainsi, chacun des ingrédients présents dans la composition du produit doit être inscrit, du plus dosé au moins dosé.

composition et ingrédients des cosmétiques à éviter

QUELS SONT LES OUTILS POUR NOUS PERMETTRE D'ANALYSER ET DE DÉCHIFFRER LA COMPOSITION ?

Mis à part apprendre par cœur la liste des ingrédients et leur signification, il n'est pas facile de s'y repérer face à l'étiquette.

Un outil qui m’a bien aidé dans mon apprentissage de la composition est l’application pour mobile CLEAN BEAUTY. Cette application est développée par le laboratoire OFFICINEA qui fabrique des produits naturels et bio. Elle est composée d’un glossaire, et d’une possibilité de scan via l’appareil photo qui décrypte automatiquement les ingrédients controversés.

Le site internet Laveritesurlescosmetiques possède un moteur de recherche INCI par ingrédient qui attribue une note (de très bien à déconseillé), précise l’origine de fabrication, et indique la raison pour laquelle l’ingrédient est à éviter.


Vous intéressez-vous à la composition des cosmétiques ? Comment faites-vous pour décrypter les étiquettes ?

6 commentaires

  1. Merci beaucoup pour cet article, j'aime beaucoup les produits naturels et il est vrai que c'est très compliqué de trouvé de bonne marque clean, d'autant plus que j’apprécie aussi quand c'est cruelty free... en aurais tu a me conseiller ? Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou :) Je suis justement à la recherche de marque clean de qualité. C'est pas évident, car elles sont souvent peu connues et donc difficile à trouver malheureusement. Une amie m'a parlé de Oolution, une marque bio naturelle et non testé sur les animaux, mais je n'ai pas encore essayé leurs produits. J’espère pouvoir bientôt vous proposer des articles sur des produits de marque clean ;) bisous

      Supprimer
  2. Coucou !!
    Ton article est vraiment intéressant !! Je connaissais quelques ingrédients nocifs mais il y en a dans ta liste que j'ignorais son existence alors merci pour le partage. ça peut servir :)
    Des Bisous
    Ngouiha - sharemystylebyngouiha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou :) Je suis ravie que mon article t'ait plu et te soit utile ☺ Bisous

      Supprimer
  3. Un article utile, qui servira à beaucoup, j'en suis certaine :)
    Pour ma part, je me fis aux labels Bio et au site laveritesurlescosmétiques !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente qu'il te plaise :) ce site est très bien pour décrypter les étiquettes, et effectivement le label bio est un bon indice ;) Bisous

      Supprimer